Site icon

Déni de grossesse : au Royaume-Uni, une jeune femme découvre sa grossesse deux mois avant l’accouchement

Le déni de grossesse est encore mal compris et peu connu par la médecine moderne. Pourtant, il semblerait bien que des femmes puissent être enceintes pendant plusieurs mois (parfois jusqu’à neuf) sans ressentir aucun des symptômes liés à la grossesse. C’est ce qui est arrivé à une jeune femme au Royaume-Uni quand elle a appris être enceinte après sept mois de grossesse. Une histoire qui s’est heureusement bien terminée, ce qui n’est pas toujours le cas lors d’un déni de grossesse.

Un très jeune couple qui a bien accueilli l’enfant

Le déni de grossesse aurait une origine psychique. Cette hypothèse s’appuie notamment sur les profils des femmes qui en souffrent. Souvent jeunes et désemparées, elles sont effrayées par la maternité et ferment leur conscience aux signes de leur grossesse. La jeune Anglaise en question avait effectivement 23 ans le jour de l’accouchement, quand le père n’en avait que 25.

 

Dans ce cas précis, les parents ont pu compter sur le soutien de la famille et n’avaient aucun problème d’argent. Dans beaucoup d’autres cas, le déni intervient au milieu d’une situation familiale et économique difficile. Il est donc important de rappeler aux futurs parents qu’ils pourront toujours trouver de l’aide. Que ce soit avec un rachat de crédit comme ceux de MONEYBANKER.fr ou le soutien d’organisations sociales, il y a toujours une solution.

Des symptômes préoccupants qui n’ont pas alarmé la mère

Le cas de cette jeune Anglaise est édifiant, parce qu’il prouve bien combien la future mère peut bloquer les signaux que lui envoie son corps. La jeune femme de 23 ans a déclaré à la presse qu’elle n’avait senti aucune différence pendant ces sept mois de grossesse. Son ventre n’a pas gonflé, ses règles ont continué normalement et ni son appétit ni sa fatigue n’ont augmenté.

 

Pourtant, une fois sa grossesse rendue officielle, la jeune mère s’est rappelé s’être évanouie dans son bain sans raison et avoir senti des mouvements étranges dans son ventre après le premier trimestre. Elle avait aussi pris un congé après un énorme coup de fatigue, mais n’avait jamais relié tout cela à une éventuelle grossesse.

Les risques autour du déni de grossesse

Si cet adorable couple de jeunes amoureux a accueilli avec amour cette enfant, tous les dénis de grossesse ne se passent pas aussi bien. D’ailleurs, la plupart d’entre eux mettent en péril la vie de la mère et celle de l’enfant. Parfois, le déni continue jusqu’au jour de l’accouchement où la mère commence à se sentir terriblement mal sans savoir pourquoi.

 

Il est alors très difficile d’offrir une prise en charge médicale de qualité à la mère et à l’enfant. Les taux de mortalité de l’une et de l’autre sont alors tristement élevés. Heureusement, le déni de grossesse attire aujourd’hui plus d’attention. Il y a encore quelques années, les femmes qui en souffraient étaient souvent accusées à tort d’avoir dissimulé leur grossesse et tué leur propre enfant !

Quitter la version mobile