Lorsqu’il s’agit de faire un test de grossesse à domicile, le moment où nous le faisons et l’état de notre corps sont deux aspects fondamentaux pour obtenir un résultat fiable. Les faux négatifs sont très fréquents dans ce type de test, mais sachez que de temps en temps, le contraire est également vrai, un faux positif qui peut changer notre monde pendant quelques heures et qui, après le contrôle gynécologique, finit par n’être qu’un fantasme.

Mais pourquoi cela se produit-il ? Qu’est-ce qui peut provoquer un faux positif sur un test de grossesse ?

Comment fonctionnent les tests de grossesse ?

La méthode de fonctionnement d’un test à domicile est très simple. Une fois l’ovule implanté dans l’utérus, notre corps commence à produire une série d’hormones qui vont donner lieu à tous les changements que l’organisme subit à ce stade, en plus de permettre le développement du fœtus. Mais ce processus n’est pas immédiat ; en fait, il faut environ 15 jours à partir de l’implantation pour que le corps commence à produire l’hormone hCG. Celle-ci est générée dans le placenta et a pour fonction de contribuer à la génération de progestérone et d’œstrogène, hormones indispensables pendant la grossesse. Les tests de grossesse à domicile détectent, par le biais de l’urine, la présence de l’hormone hCG, indiquant si nous sommes enceintes ou non.

Lorsque nous effectuons le test sans avoir de retard de menstruation ou le lendemain d’un rapport sexuel, le résultat sera négatif car l’hormone hCG ne sera pas encore présente dans le sang. Mais cela ne signifie pas que nous ne sommes pas enceintes, mais seulement que nous n’avons pas effectué le test correctement, de sorte que ce type de résultats est connu sous le nom de faux négatifs. Cependant, il y a des cas où certaines altérations de notre organisme peuvent également donner lieu à un faux positif. Pourquoi cela se produit-il ?

Qu'est-ce qui peut provoquer un test de grossesse faussement positif - Comment fonctionnent les tests de grossesse ?

Traitements de fertilité ou de perte de poids

L’augmentation de l’hormone gonadotrophine chorionique ou hCG en notre corps ne doit pas toujours correspondre à une grossesse, et en fait il y a des cas où il n’y a pas de gestation et pourtant le test en détecte les traces. Cela se produit généralement chez les femmes qui suivent des traitements de fertilité dans lesquels le médecin donne l’hormone hCG par injection, de sorte qu’elle sera présente dans l’organisme sans qu’une grossesse en cours soit nécessaire.

Ce type d’hormone peut également être administré dans les traitements d’amaigrissement, il est donc important de s’assurer que nous ne l’avons pas.

Ce qui peut provoquer un test de grossesse faussement positif - Traitements de fertilité ou de perte de poids

La contamination de l’urine

Les changements de concentration de l’urine qui sont générés par la prise de diurétiques et même de certains médicaments peuvent affecter le test de grossesse, produisant des faux négatifs. De même, lorsque l’urine est contaminée par des produits chimiques tels que le savon ou le sang, les résultats peuvent également être altérés.

Si vous prélevez un échantillon d’urine dans un récipient destiné à être utilisé pour le test, il est important que le récipient soit correctement stérilisé et ne contienne aucune trace de savon ou de détergent.

Qu'est-ce qui peut provoquer un test de grossesse faussement positif - Contamination urinaire

Présence d’une grossesse embryonnaire

Comme expliqué ci-dessus, un certain nombre de jours doivent s’écouler avant que la hCG ne soit sécrétée et qu’une grossesse soit donc détectée. Les spécialistes recommandent que pour faire un test de grossesse correctement, il faut avoir au moins une semaine de retard, cependant de nombreux tests sur le marché promettent des résultats sans délai, une option parfaite pour les plus anxieux.

Le problème est que ce type de test peut effectivement détecter une grossesse chimique, c’est-à-dire lorsque l’ovule a été fécondé, mais il est possible que l’embryon ne se développe jamais. Ce qui est connu sous le nom de grossesse embryonnaire. Cela signifie qu’en dépit des niveaux hormonaux élevés, il n’y a pas de véritable gestation, le placenta est formé mais il est vide.

Dans ces cas, la femme peut présenter tous les symptômes de la grossesse, mais lorsqu’elle effectue l’écho l’embryon n’est pas détecté. Entre la dixième et la douzième semaine de grossesse supposée, les symptômes commencent à diminuer et la femme doit expulser le placenta spontanément ou par intervention médicale. La cause de cette affection n’est pas clairement connue, bien qu’on pense qu’elle soit due à des défaillances chromosomiques qui font que l’embryon ne se forme jamais.

Consommation de certains médicaments

Il existe plusieurs types de médicaments qui peuvent provoquer un faux positif dans un test de grossesse s’ils sont consommés dans le cadre d’un traitement médical de prise fréquente. En voici quelques exemples :

  • Certains diurétiques.
  • Quelques tranquillisants.
  • Anticonvulsivants.
  • Méthadone
  • Cannabinoïdes
  • Chlorpromazine
  • Phénothiazines
  • Prométazine
  • Médicaments contre la maladie de Parkinson

Si vous pensez être enceinte et que vous prenez l’un de ces médicaments, consultez un gynécologue dès que possible pour confirmer la grossesse et pour arrêter de prendre le produit si nécessaire.

Ce qui peut provoquer un faux positif sur un test de grossesse - La prise de certains médicaments

Présence de certaines maladies

Certaines maladies peuvent produire une augmentation de l’hormone hCG. Cela serait interprété comme une grossesse par le test alors qu’il s’agit en fait d’un faux positif. Certaines de ces conditions le sont :

  • Déficit en immunoglobulines
  • Le lupus, cette affection augmente les niveaux de protéines dans le sang et peut modifier le résultat du test de grossesse.
  • Mélanome.
  • Carcinome du sein, du poumon, de l’estomac, du côlon, des ovaires, du pancréas, du foie ou de la vessie.
  • La grossesse molaire, un état qui se produit lorsque l’embryon ne possède que les cellules du père et que celles-ci commencent à se reproduire, ce qui peut provoquer une tumeur qui finit par être la cause du faux positif.

Fausse couche

Bien qu’une grossesse puisse avoir lieu, la présence de certaines conditions qui conduisent ensuite à une fausse couche est souvent la cause la plus fréquente de faux positifs.

Ce type de perte se produit généralement au cours du premier trimestre de la grossesse, l’une des étapes les plus délicates de la grossesse. De nombreuses femmes obtiennent un résultat positif, mais lorsqu’elles consultent leur médecin, elles sont informées qu’elles ont fait une fausse couche ou que le fœtus ne s’est pas développé, la plupart du temps la cause de cette affection est inconnue.

Cet article est simplement informatif, dans blogtrw nous n’avons pas le pouvoir de prescrire un traitement médical ou de faire un quelconque diagnostic. Nous vous invitons à consulter un médecin en cas de problème ou de malaise de quelque nature que ce soit.