Site icon

Tampons hygiéniques : dangereux pour la santé ou pas ?

Depuis 2017, les médias diffusent des articles et des reportages inquiétants sur les dangers des tampons hygiéniques classiques pour la santé. A cause des résidus chimiques qu’ils contiennent, il est légitime de se demander si leur utilisation est vraiment sans danger. Et pourtant, il peut être compliqué de s’en passer pendant les règles. Alors, faut-il continuer de porter des tampons ou pas ?

Tampons hygiéniques : la perturbation de la flore vaginale

Actuellement, nous savons que les tampons sont composés de résidus qui présentent des substances toxiques. Autrement dit, il ne faut pas être docteur pour comprendre que des éléments nocifs en contact avec des muqueuses cela ne peut rien donner de bon surtout sur le long terme.

En effet, parmi les éléments toxiques présents dans les tampons on retrouve les dioxines. Et il faut dire que ces résidus sont aussi toxiques que des pesticides.

Sachant que le vagin est perméable et qu’une femme utilise des tampons tous les mois de sa vie après sa puberté, il est possible de dire que l’utilisation de tampons hygiéniques classiques peut être dangereuse pour la santé.

Tampons hygiéniques : le syndrome du choc toxique

Par la suite, il faut aussi savoir que de plus en plus de SCT (syndrome du choc toxique) sont directement liés aux tampons. En outre, il s’agit d’une rare affection qui est potentiellement mortelle dans le cas où le syndrome n’est pas pris en charge et traité rapidement.

Le SCT provoque différents symptômes comme la fièvre, l’épuisement, la chute de tension, des éruptions cutanées, des vomissements et des diarrhées. Cette affection est provoquée par un germe qui se trouve dans le vagin de certaines femmes. Autrement dit, il ne vient pas du port du tampon, il peut être déjà là de façon naturelle. Mais l’utilisation d’un tampon peut favoriser le développement d’un SCT.

Tampons hygiéniques : précautions et alternatives

En conclusion, il ne faut pas sous-estimer le risque de développement d’un syndrome du choc toxique. C’est pourquoi, il est peut être nécessaire de limiter le port du tampon hygiénique classique en optant pour des alternatives telles que les tampons bio qui sont composés uniquement d’éléments non toxiques. De plus, il faut également respecter des règles d’hygiène plus strictes avec les tampons. Par exemple, il faut se laver les main avant de les manipuler et surtout ne pas en porter la nuit ou en garder un plus de 5h.

Quitter la version mobile